mercredi 20 septembre 2017

Ministry - Twitch

J'ai revisité Ministry récemment, enfin la période que je connais, qui va du premier album à Filth Pig. Je ne me suis jamais préoccupé de la suite de leurs aventures, ça viendra peut-être puisque le groupe est toujours actif.
Comme Black Sabbath, je pense que Ministry a donné le meilleur de lui-même dans les six albums studio. Parmi ces albums, ma préférence va à Twitch.


Twitch, ce n'est pas le Ministry gavé de grattes heavy, c'est celui-ci qui traduit EBM en américain. Cette proximité avec Front 242 a sans doute permis des rencontres qui ont engendré des collaborations comme les Revolting Cocks. La production d'Adrian Sherwood électrise le disque qui s'écoute très bien au casque. Encore une fois, les mp3 sont intéressants pour découvrir de la zik, mais pas pour en profiter pleinement.


Pratiquement tous les ingrédients du futur succès de Ministry sont présents sur Twitch. Je reconnais volontiers que d'autres excellents morceaux figurent sur d'autres excellents albums, Scarecrow, The Land Of Rape And Honey, Burning Inside, etc. La force de Twitch tient en deux points, la constance de la vague et la précision de la broderie sonore. Le disque est bon, de A à Z. C'est assez rare. (Ph)



samedi 16 septembre 2017

Boris Dzaneck ‎– In His Own Words

Juste quand je me disais que la cassette mériterait bien une édition vinyle, le généreux label parisien Danger exauce mon vœu. L'occasion est donc donnée de causer de cette merveille enregistrée en 1983.



Les notes imprimées sur la pochette me permettent déjà de sortir de mon erreur. J'ai longtemps cru que Boris Dzaneck était le nom d'un bidouilleur génial et qu'il avait pondu ce hit darkwave "Dance" tout seul chez lui. 



In His Own Words est donc le fruit d'un trio hollandais dans une vague lignée Wire / The Fall. Sûr qu'ils auraient fait une chouette affiche avec Coitus Inc. et Poésie Noire. Le disque ne fera pas tâche au milieu de ta collec' de LPs de Frustration.


Super nouvelle donc que cette édition, l'album est déjà fait plusieurs voyages sur la platine, le nouveau mastering donne un peu d'onctuosité au son post-punk assez cru. C'est pour moi LE skeud de la rentrée. (Ph)


lundi 11 septembre 2017

Them Are Us Too - Remain

Difficile de parler de cet album sans évoquer le décès de la chanteuse dans un incendie à Oakland en décembre 2016. Parenthèse : j'ai toujours aimé la liberté d'expression et d'organisation qu'on trouve dans les lieux autogérés, mais elle a un prix élevé, parfois. 
"Remain" porte donc bien son nom, disque témoignage d'un grand talent. La bannière 4AD flotte quelque part dans l'air, même si la bête est estampillée Dais records.


Pop rêveuse et très bien produite, la musique de Them Are Us Too s'appuie sur des claviers aériens et des lignes de chant féminin. Le mélange produit sonne comme une cérémonie mystique et planante, sans les effets psychédéliques progressifs qui en général me gonflent vite.


L'album possède une puissance inouïe sous ses atours de velours. Les morceaux proposent tous quelque chose d'intéressant. Je vois d'ici certains fans des Cocteau Twins les écouter encore et encore. C'est ce que je fais. (Ph)



samedi 9 septembre 2017

Gold Class - Drum

Essai transformé pour les Australiens de Gold Class et pourtant les poteaux étaient loin et hauts après leur superbe 1er LP It's You sorti en 2015. 


L'équipe n’a pas changé et le style reste le même : on est dans un post-punk façon Merchandise, Lower ou Protomartyr. Il suffit d'écouter le 1er titre du LP Twist in the Dark pour s'en rendre compte et se faire proprement ranger sur la piste de danse.
Body close
You said, Darling, what do you want?
Forgiveness
Everything
To dance like I'm home


Et sur la piste, on va y rester tout au long de l'album. Car, même si le style est largement éprouvé, Gold Class avec ce 2ème LP sorti sur Felte, envoie des compos tout en tension et super efficaces avec des titres comme Get Yours ou Thinking of Strangers. Quelques balades viennent ponctuer cette douce fureur. Le tout est nappé de la voix si envoûtante et pénétrante d’Adam Curley, qui est tout simplement irrésistible. (El)

samedi 2 septembre 2017

2013 en 20 disques

Flash-back sur l'année 2013 et ce qu'il en reste de meilleur, quatre ans après. Certains disques ont déjà été présentés dans ces pages, d'autres méritaient enfin un coup de projecteur.


Yvette – Process


Un seul album au compteur du duo de Brooklyn, mais un pur bonheur dans la lignée de Cabaret Voltaire ou, plus près de nous, Whatever Brains. Ficelles industrielles enserrant une darkwave aventureuse et bien produite, voici exactement le genre de perle dont je raffole. Plusieurs morceaux sortent du lot, j’aime particulièrement Everything In Reverse.



The Sterling Sisters – Hale



J’avais beaucoup aimé le single Shallow Blood lorsqu’il est sorti, je me suis donc rué sur l’album. Enfin, quand il a bien voulu arriver. The Sterling Sisters étaient formés autour de George Cessna, enfant de la balle puisque son père Slim écume les clubs de rock depuis la préhistoire. Le disque sonne folk sauvage un peu à la manière d’une Patty Smith. Les compositions dégagent un spleen ravissant, plein d’harmonies. La voix de Scout Paré-Philipps vient hanter certains morceaux gracieusement.



Steve Gunn - Time Off



Souvent, les limites entre les styles musicaux sont floues. Certains passages de cet album sont clairement folk, à d’autres moments on est plutôt dans le post-rock, le stoner ou bien une vague néo-folk se dessine à l’horizon. Signe d’un album riche et varié, la voix souvent en retrait apporte ce qu’il faut de relance quand le feu de camp décline.



Soft Kill - Circle Of Trees



Il n’existe à ma connaissance pas vraiment de version vinyle de cet album. Un test pressing circule, mais seule la version cassette a été un tant soit peu distribuée. Certains morceaux ont été réenregistrés depuis. Malgré le son brut façon démo, l’album reste fascinant dans sa quête du graal post-punk. Il arrive tout près de la perfection.





Safewords – Safewords



Formés autour de Colin Swanson-White (Davidians, Formaldehyde Junkies, Voight•Kampff, entre autres) et de Jed Smentek (Temple), les Safewords revisitent le goth rock et le post-punk et auraient pu appeler leur album Joy Of Mercy ou Sisters Of Division. Au choix.




Ritual Howls - Ritual Howls



Dès le départ, la muse a frappé les Ritual Howls dont le premier album oscille entre blues rock et new wave dans un tonnerre sans prétention, mais avec un goût certain pour le vintage. Une comparaison avec les Bad Seeds de Nick Cave ou avec Clockcleaner t’en dira peut-être un peu plus sur ce que tu trouveras dans ces augustes sillons. M’est avis que cette galette deviendra un classique post-punk rien que pour les quatre premiers morceaux qui s’enchaînent au-delà du réel.





Private Pact – Purity



Private Pact oscille entre neo folk et goth punk, entre Death In June et Sisters Of Mercy, en proposant une zik minimaliste carrément chouettos, parfois même sérieusement tubesque. De quoi rester scotché à la platine, à regarder le plafond tourner.




Pop. 1280 - Imps Of Perversion



Second album de Population 1280, il fait suite à l'excellent The Horror qui avait placé la barre assez haut. J’ai pu lire des comparaisons fondées avec les Swans ou Drunkdriver. Musique hermétique donc, parcourue d’éclairs plus mélodiques. Protomartyr-toi de là ou danse à genoux.



Pleasure Leftists - Pleasure Leftists



Cette cassette compile le mini-album éponyme de 2011, trois titres du EP de 2013 ainsi qu’une reprise du 100 Years de Cure. Je suis scotché par la voix de Haley Morris. Il y a un morceau en particulier qui dépasse tous les autres, Elephant Man est également paru en single. Depuis, les canadiens ont sorti un album tout à fait gouleyant. J’espère qu’ils ne s’arrêteront pas en si bon chemin.



Night Sins – To London Or The Lake



Sous des faux airs de Killing Joke de l’époque Night Time, Night Sins envoient des albums cohérents et entrainants, jamais véritablement killer à mon goût, mais suffisamment riches pour susciter l’enthousiasme d’un corbeau. On parlera d'ailleurs bientôt de leur nouvel album.



Lakes - Blood Of The Grove



Nous touchons là le graal de l’année 2013. Disponible gratuitement sur le bandcamp du groupe, c'est peut-être le disque le plus réussi de Lakes, cette aventure néofolk australienne redéfinissant le terme « puissant ». Le choix du morceau à présenter ici est cornélien, comme pour tous les albums magistraux. Je m’en irai quérir un air nommé The Longest Reign.




Kent State - The Wrong Side Of History



Une petite merveille de l’underground porte comme un parfum de Dinosaur Jr des années 2010. Le groupe n’a malheureusement rien produit depuis, ou presque, mais je ne désespère pas d’entendre une suite.





Jewish Starr - Jewish Starr



Une autre petite merveille de l’underground porte comme un parfum de Wipers des années 2010. Le groupe n’a malheureusement rien produit depuis, ou presque, mais je ne désespère pas d’entendre une suite.




Israël Regardie - Tu N'es Personne



Un des groupes post-punk les plus prometteurs des dernières années venait de Lyon. La cassette sonne comme une vraie démonstration qui n’a malheureusement pas abouti à l’album espéré. Restent donc ces titres qui se suffisent à eux-mêmes, au top de mes favoris de l’année 2013.



Industrial Park – Cold White



Chant du cygne du duo de Portland, Cold White offre cinq compositions et une reprise des Sisters Of Mercy, Valentine. Cet EP porte bien son nom, on nage en pleine cold wave, tragique et mystique. Toute leur discographie est trouvable sur leur bandcamp. Une bonne okaz de profiter de cet excellent groupe paru sur le non moins excellent label parisien Desire recs.




Hooded Fang – Gravez



Une fois dépassée la mauvaise première impression visuelle, cet album ravira celles et ceux qui se fournissent en came chez In The Red, Hozac et autres Burger Recs : des hits inspirés du surf rock 60's et de la new wave des B 52's pleuvent tout au long du disque.





Hausu – Total



L'album d'Hausu me fait le même effet que le Crumbling The Antiseptic Beauty de Felt. Le premier point commun entre les deux groupes, c'est la maîtrise du gratouillage. De la belle virtuosité qui donne envie de faire du air guitar avec les doigts.




Blue Krishna - Youth In Chains


Si comme moi tu es grand fan de Durutti Column et des musiques avec une cinématique puissante, les deux cassettes de Blue Krishna méritent ton attention. Side-project conduit par Alex Jarson de Body Of Light, l’EBM est délaissée au profit d’un mélange subtil néofolk et synth-pop. Youth In Chains était sa première démo, coup de maître.




Blessure Grave - The Flashing



Mini-album exceptionnel, au firmament des productions new wave post-punk de 2013, The Flashing ne contient que des hits. Tu sais sans doute que Blessure Grave et Soft Kill partagent le même compositeur / chanteur. On navigue dans les mêmes eaux troublées, cold wave intense et pénétrante.




Anasazi - Nuke York 2013 Demo



On a déjà parlé de Anasazi dans P&C, comparé leur son à celui de Bauhaus et de Siouxsie. Cette cassette faisait suite aux deux excellents EP et à une première démo. Je la trouve inégale, mais les meilleurs morceaux sont vraiment réussis.



dimanche 27 août 2017

The Astronauts - Peter Pan Hits The Suburbs

Ce premier album des Astronauts nous ramène encore une fois en la sainte année 1981. Ils n'ont jamais déçu depuis et tous leurs disques mériteraient une chouette réédition comme celle réalisée par La Vida Es Un Mus pour Peter Pan Hits The Suburbs.



Assez proche de The Mob ou Desperate Bicycles, les Astronauts montrent la face la plus délicatement dépouillée du post-punk. Peter Pan Hits The Suburbs pourrait être une bande originale subsidiaire de Harold et Maude.


Les morceaux varient en rythme et en sons au long de l'album qui n'a pas l'aspect parfois monotone du post-punk. J'ai un faible pour ceux qui drainent le plus de mélancolie et qui évitent les passages foufous psychédéliques. Le disque est pratiquement inusable tant il est bien composé.





Jusque In Defence Of Compassion, les cinq albums de The Astronauts méritent le détour. Un de mes morceaux préférés (Behind The Mirror) se trouve d'ailleurs sur ce cinquième disque. Les vinyles sont assez rares, je ne les ai jamais vu ailleurs que sur Discogs. Il est vraiment temps de les rééditer. (Ph)


samedi 26 août 2017

Soft Kill - Choke

Suivi à la loupe dans toutes ses initiatives par P&C, Tobias Grave se trouve un refuge nouveau chez les hardos de Profound Lore et sort un disque de pop romantique.


Quoiqu'un peu trop léger à mon goût, le disque a trouvé sa place dans mes favoris de 2016 grâce à son atmosphère new wave en diable. Les amateurs de The Sound et des Chameleons s'y retrouveront tout de suite. Les guitares pleines de chorus envahissent l'espace et nous perdent.


Certains morceaux comme ce Lost étaient déjà parus auparavant sur des disques ou cassettes limités. Ça n'empêche pas l'album d'être cohérent et de donner envie de le jouer encore et encore. N'est-ce pas là le principal ?


Nous continuerons donc à suivre les aventures de Tobias en espérant qu'il trouvera le temps de composer pour Blessure Grave, qui reste mon préféré, et The Criminal World, dont on parlera ici bientôt sans doute. (Ph)